Dyslalie

Écrit par les experts Ooreka

La dyslalie touche les enfants qui accusent un retard ou un dysfonctionnement articulaire, entraînant la persistance du langage « bébé ». L'orthophonie peut traiter ce trouble de la parole par la rééducation orthophonique.

Définition de la dyslalie

En principe, un enfant apprend à parler progressivement. Les premiers mots font leur apparition à partir de l'âge de 1 an, et le langage s'affine peu à peu pour que la prononciation, initialement approximative, devienne correcte (on parle de dyslalie physiologique).

Toutefois, il arrive que cette évolution soit perturbée et que les mots ne soient toujours pas correctement prononcés même après l'âge de 4 ans. Ce trouble de la parole est une dyslalie cette fois-ci dite pathologique.

Malgré son âge, l'enfant continue à mal articuler ses mots et son langage reste immature. Il éprouve des difficultés :

  • à prononcer certains sons :
    • les [ʒ] (son « j ») deviennent des [z] ;
    • [ʃ] (son « ch ») donne [s] (la langue avance trop dans la bouche) ;
    • les [ã] (« an ») ou [ɛ] (« un »), par exemple, sont compliqués ;
  • à enchaîner des phonèmes (une succession de consonnes par exemple).

En revanche, la syntaxe reste correcte.

En conservant un langage « bébé », l'enfant connaît des problèmes de communication qui rendent le développement de son propre langage compliqué. Dans certains cas particulièrement sévères, ce handicap affecte différents apprentissages et influe sur les résultats scolaires.

Bon à savoir : le bégaiement est parfois considéré comme étant une forme de dyslalie.

Causes de la dyslalie

Les dyslalies peuvent avoir des origines diverses, parmi lesquelles on retrouve :

  • les problèmes auditifs : ne pouvant pas bien entendre les sons, l'enfant a des difficultés à parler correctement ;
  • les défauts anatomiques : certains problèmes tels que la fente labio-palatine (bec de lièvre), des problèmes d'occlusion dentaire ou un palais trop bas peuvent être à l'origine de dyslalies ;
  • certaines pathologies comme la trisomie 21 (la langue prend trop de place dans la bouche) ou l'infirmité motrice cérébrale (IMC) dans laquelle la faiblesse musculaire de la langue tend à la laisser partir vers l'avant ;
  • les troubles cognitifs : généralement, la dyslalie n'est qu'un symptôme parmi d'autres chez les enfants qui souffrent d'un retard mental ;
  • les troubles émotionnels : dans certains cas, les manques d'affection, de communication et de relations sociales peuvent générer une dyslalie ;
  • les suites d'intervention chirurgicale visant à corriger une fente palatine.

Traitement de la dyslalie

Le traitement de la dyslalie est réalisé par un orthophoniste :

La rééducation orthophonique doit débuter le plus tôt possible afin d'éviter que les mauvais réflexes s'installent. Par ailleurs, il est essentiel de corriger une dyslalie avant que ne débute l'apprentissage de la lecture. La rééducation consiste notamment à faire parler l'enfant plus lentement en se concentrant sur les sons qu'il prononce.

Bien qu'en général il soit possible d'obtenir les bons sons en quelques séances, l'orthophoniste doit s'assurer que le patient s'accoutume à sa nouvelle façon de parler et ne retombe pas dans ses travers. Ceci est particulièrement important dans le cadre du [ʃ] (son « ch »). Pour aider dans un premier temps l'orthophoniste et dans un deuxième temps le patient lui-même, il est possible d'utiliser un petit ustensile très pratique qui permet de placer la langue dans la position voulue sans grandes difficultés. Grâce à lui, le patient peut continuer à s'entraîner à domicile.

Besoin de mutuelle pour vos soins médicaux? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !