Sommaire

Comment se caractérise le signe du rideau, mis en évidence par le docteur Maurice Vernet au début du XXe siècle ? Quels sont les symptômes qui lui sont associés ? On vous répond dans notre article.  

Le signe du rideau : définition

Description du pharynx

Rappelons pour mieux comprendre que le pharynx est un carrefour entre les voies digestives et respiratoires : il est situé au fond de la cavité buccale. Il intervient dans les systèmes digestif et respiratoire, mais joue aussi un rôle dans la phonation et l’audition.

Il se subdivise en trois parties, à savoir le nasopharynx, l’oropharynx et le laryngopharynx.

Il se constitue de muscles dits élévateurs mais aussi de trois muscles constricteurs : le muscle supérieur, le moyen et l’inférieur imbriqués tous les trois, ils forment une gouttière verticale à concavité antérieure (c’est-à-dire vers l’avant). Ils jouent un rôle important dans la déglutition : en se contractant, ils permettent au bol alimentaire de poursuivre son chemin vers l’œsophage.

Description du signe du rideau

Le signe du rideau, appelé aussi le signe du rideau de Vernet, traduit une paralysie unilatérale du muscle constricteur supérieur du pharynx, c’est-à-dire le muscle qui ferme le pharynx.

Pour mettre en évidence le signe du rideau, le corps médical demande au patient de prononcer le son « A » de façon prolongée.

Si le signe du rideau est bien présent, alors la paroi postérieure du pharynx se déplace vers le côté sain (non paralysé) et vers le haut, comme un rideau qui se tirerait latéralement et en haut : plus précisément, l’arc palatoglosse (qui attache le palais à la langue) et l’arc palatopharyngien (qui attache le palais à l’oropharynx, l’un des trois segments du pharynx) sont abaissés du côté paralysé et la luette se retrouve dévié du côté sain.

À la prononciation du son « A », on remarque chez le patient (qui à la bouche ouverte) que cette asymétrie du mouvement du palais s’accentue.

Les symptômes associés au signe du rideau

Manifestation physiologique du signe du rideau

Si le signe du rideau est présent, c’est que le nerf glossopharyngien (IXe paire crânienne), qui innerve le muscle constricteur supérieur du pharynx est atteint.

Le plus souvent, le nerf vague est aussi atteint.

D’autres signes peuvent se manifester, et notamment :

  • une toux quinteuse après la déglutition, c’est-à-dire une toux qui apparaît sous forme de quinte, une toux courte et répétée ;
  • une diminution du réflexe nauséeux ;
  • une anesthésie d’une partie de la langue et/ou d’une partie du pharynx ;
  • un trouble du goût, avec une sensation de saveur amère en bouche.

Précisions sur le nerf glossopharyngien

Le nerf glossopharyngien est un nerf mixte, c’est-à-dire qu’il a un rôle sensitif et moteur. Ses fibres sensitives innervent le tiers postérieur de la langue (elles en assurent la sensibilité gustative), les amygdales, mais aussi la luette. Son atteinte est généralement associée à une atteinte du nerf vague (Xe paire crânienne). Sa paralysie ne survient presque jamais de manière isolée (c’est très rare qu’elle le soit).

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider