Sommaire

Quand on perd sa voix, on parle d’aphonie. Lorsque l'origine de cette aphonie est un traumatisme physique ou un traumatisme psychologique, on parle d’aphonie psychogène. Comment se définit ce trouble, quelles sont ses causes et que faire pour le soulager ? On vous en dit davantage dans notre article.

Aphonie psychogène : qu’est-ce que c’est ?

L’aphonie psychogène désigne une perte brutale et totale de la voix sans cause traumatique ou infectieuse, sans modifications des cordes vocales et sans que le larynx ne soit endommagé. La toux reste sonore ; il se peut que des difficultés psychologiques se soient converties en un trouble fonctionnel.

Il est important de ne pas confondre aphonie et mutisme. Dans le cas du mutisme, la perte de la conscience et du désir de la parole font que même des chuchotements ne sont pas possibles. Le chuchotement, même très désonorisé, est présent dans le cas de l’aphonie puisque les mouvements buccophonateurs sont conservés.

Causes de l’aphonie psychogène

L’aphonie psychogène est un moyen de défense de la personnalité du sujet, un mode d’expression de la souffrance d’un individu, si bien que la ou les causes sont profondes et personnelles :

  • un conflit majeur ;
  • une émotion intense, comme le décès d’un proche ;
  • une tentative de strangulation.

Aphonie psychogène : que faire ?

Le patient doit, en cas d'aphonie psychogène, consulter un oto-rhino-laryngologiste (ORL) ou un phoniatre (médecin spécialiste des troubles de la voix, de la parole et de la déglutition), qui peuvent l’adresser à un orthophoniste :

  • le but de ces professionnels de la santé est de réhabiliter la voix du patient ainsi que de connaître l’origine de son trouble ;
  • l’orthophoniste utilise différentes méthodes de rééducation : réappropriation du souffle et du vibré, reproduction des sons par imitation pour ne pas que le patient ait à réfléchir à son geste vocal, thérapies manuelles pour réengager le mouvement d’élévation du larynx lors de la phonation ;
  • puisque l’aphonie psychogène trouve ses causes probables dans l’inconscient du patient, il est important qu’un suivi psychologique, auprès d’un psychologue, d’un psychothérapeute ou d’un psychanalyste soit proposé.

L’évolution de la maladie est variable d’un sujet à l’autre. En effet, retrouver sa voix peut prendre des années. Il faut savoir que plus la prise en charge est rapide après la perte de la voix, meilleur sera la guérison.