Dyspraxie chez l'adulte

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

Trouble à l'origine d'un handicap invisible, la dyspraxie est parfois diagnostiquée tardivement.

Elle entraîne des difficultés dans la mise en œuvre de certains gestes, et a un impact important au quotidien. Zoom sur la dyspraxie de l'adulte.

Dyspraxie de l'adulte : définition

La praxie correspond à la coordination motrice volontaire, mise en œuvre pour atteindre un but particulier (faire du vélo par exemple). Elle résulte d'un processus d'apprentissage par imitation et entraînement. Une fois le geste maîtrisé, son exécution devient automatique.

Chez une personne atteinte de dyspraxie, la coordination et la planification des gestes posent problème :

  • Se manifestent alors des difficultés à réaliser des séquences gestuelles complexes, la personne doit être très concentrée pour y parvenir, ce qui est source de fatigue.
  • De nombreuses personnes dyspraxiques connaissent des échecs lorsqu'elles cherchent à passer le permis de conduire, à apprendre à faire du ski, à manger avec des baguettes chinoises...

Différentes formes de dyspraxie chez l'adulte

La dyspraxie se manifeste par une maladresse dans la réalisation des gestes, et une lenteur d'exécution. Il en existe différents types :

  • la dyspraxie constructive qui est liée à des difficultés lors d'activité d'assemblage (faire des puzzles par exemple) ;
  • la dyspraxie idéatoire, qui rend difficile la manipulation d'outils ;
  • la dyspraxie idéomotrice, où le fait de mimer un geste est compliqué ;
  • la dyspraxie visuo-spatiale, avec des difficultés à se repérer dans l'espace ;
  • la dyspraxie oro-faciale : difficulté à articuler, siffler, déglutir, souffler des bougies.

Chez une même personne, plusieurs types de dyspraxie peuvent coexister. Ces difficultés motrices sont difficiles à vivre au quotidien et compliquent la vie professionnelle.

De plus, la dyspraxie suscite souvent de l'incompréhension de la part de l'entourage car elle est peu connue du grand public. Elle peut entraîner chez les personnes qui en souffrent un repli sur soi, une baisse d'estime, voire une dépression. Lorsque la dyspraxie n'a pas été diagnostiquée pendant l'enfance, se sont souvent ce type de troubles qui poussent à consulter.

Dyspraxie de l'adulte : causes et traitements

La dyspraxie est un trouble d'ordre neurologique affectant certaines régions du cerveau impliquées dans le mouvement, dont les causes ne sont à ce jour pas élucidées. Elle est observée plus fréquemment chez les personnes qui ont eu une naissance prématurée.

On ne guérit pas de la dyspraxie mais les patients peuvent bénéficier d'une prise en charge pluridisciplinaire afin d'améliorer leur qualité de vie :

  • L'une des voies de prise en charge de la dyspraxie à l'âge adulte est l'ergothérapie, également appelée « praxithérapie » ;
  • L'ergothérapeute va dans un premier temps chercher à identifier les principales difficultés de son patient en échangeant avec lui. Puis il met en place une stratégie de rééducation, pour travailler sur les gestes du quotidien qui posent problème, l'aider à s'organiser, etc. Cet accompagnement est donc adapté au cas par cas, en fonction du profil de chacun.
  • Il peut également proposer à son patient des solutions de compensation pour faciliter certaines tâches. Par exemple, l'aménagement spécifique de son véhicule, avec une boîte de vitesse automatique, un équipement GPS... Cela peut permettre à certaines personnes dyspraxiques d'accéder à la conduite automobile et ainsi gagner en autonomie.
  • L'intervention d'un psychomotricien est également nécessaire, comme le souligne une expertise de l’Inserm (9 décembre 2019).

En parallèle, un orthophoniste peut intervenir auprès des patients souffrant de problèmes d'élocution. Un soutien psychologique peut s'avérer nécessaire dans les périodes les plus difficiles.

Lire l'article Ooreka

Pour en savoir plus sur ce type de troubles :

Ces pros peuvent vous aider