Sommaire

Les troubles de la fluence correspondent à un trouble du langage portant sur la fluidité du débit.

On identifie essentiellement le bredouillement et le bégaiement. Moins fréquentes mais très handicapantes, on peut aussi trouver les aphasies de Broca et de Wernicke. Nous faisons le point.

À qui faire appel pour soigner des troubles de la fluence ?

Les troubles de la fluence ne sont pas rares chez le jeune enfant. Quand on apprend à parler, il est normal d'avoir quelques difficultés : hésitations, débit de paroles trop soutenu ou trop long, répétitions, etc. :

  • Toutefois, si le trouble persiste au-delà de la moyenne section, il faut s'en inquiéter. Commencez par vous tourner vers l'instituteur de votre enfant pour savoir si le trouble est également présent à l'école.
  • C'est une information qui sera importante quant aux mesures à prendre. Ensuite, discutez de ce problème avec le médecin qui suit habituellement votre enfant, il devrait vous orienter vers un orthophoniste.

Troubles de la fluence : quelle prise en charge ?

Grâce à une série de tests, l'orthophoniste pourra poser un diagnostic et déterminer si une prise en charge est nécessaire :

  • Il faut savoir que 3 enfants sur 4 qui bégaient cessent naturellement vers 5 / 6 ans. Il faut aussi savoir que les troubles de la fluence peuvent avoir des causes diverses : neurologiques, articulatoires, psychiques ou même génétiques.
  • Un test de fluence, notamment, pourra déterminer les besoins de votre enfant.

Généralement, la prise en charge consiste en des séances d'orthophonie régulières :

  • Différents exercices sont pratiqués, comme des exercices de respiration, de musculation ou des virelangues. Dans certains cas, quelques séances suffiront. Dans d'autres, un suivi sur de nombreuses années sera nécessaire.
  • Il est important de s'y plier car un trouble de la fluence peut s'avérer très handicapant dans la vie sociale comme dans la vie professionnelle. D'ailleurs, pour les adultes et les adolescents, il est possible de coupler ces séances à une thérapie de groupe. S'entraider permet de se sentir moins isolé dans sa difficulté ! Et d'échanger de bons conseils.

Attitude à adopter face aux troubles de la fluence

Si votre enfant souffre d'un trouble de la fluence, vous pouvez mettre en place un cadre susceptible de l'aider. À vous de rendre vos échanges plus sereins ! Voici quelques suggestions :

  • Prenez davantage de temps pour les activités du quotidien et les conversations.
  • Privilégiez le je au tu : "je t'écoute" plutôt que "dis-moi".
  • Demandez aux autres membres de la famille de laisser de l'espace dans la conversation pour l'enfant qui souffre de troubles de la fluence.
  • Parlez plus lentement, votre enfant vous prend pour modèle.
  • Mettez votre enfant en situation de réussite en le félicitant ou en lui proposant des activités qu'il maîtrise.

Dans tous les cas, notez qu'un trouble de la fluence peut entamer terriblement la confiance en soi. Plus l'enfant grandit, plus il mettra en péril ses chances de socialisation. Aidez votre enfant à croire en lui et en ses qualités.

Pour approfondir :